Université des Aînés de langue française de Berne   ( UNAB )

Conférences

Semestre d’automne Septembre-Décembre 2020

 

JEUDI 17 SEPTEMBRE 2020


M. Karim ERARD
Licencié en lettres
Enseignant au gymnase

Corée du Nord: le royaume ermite

Énigmatique, mystérieux, nébuleux… Ces termes souvent employés pour décrire la Corée du Nord sont-ils adéquats? Il est vrai que bon nombre d’aspects extraordinaires constituent le pays de Kim Jong Un. Ils vous seront présentés de manière synthétique à partir de photos prises sur place, de cartes animées, de vidéos, d’animations sonores. Un parcours historique, les «grands» leaders et des spécificités politiques – uniques au monde – sont l’objet de la présentation. L’occasion de pénétrer l’opacité du «Royaume ermite» non sans stupeur…

 

JEUDI 24 SEPTEMBRE 2020

M. Philip CLARK
Consultant en philosophie, Groupe vaudois de philosophie

Penser les organisations comme des communautés: le bien commun est-il compatible avec le bien individuel?

La notion de communauté permet de repenser les organisations sur une base écologique à savoir de les considérer comme des sols soit un enchevêtrement d’êtres humains et techniques qui ensemble constituent le terreau nécessaire à la production. Cette optique permet en outre de renouveler un des paradigmes des organisations, à la fois du point de vue de la coordination productive mais aussi de la coopération qui améliore la vie. Les points communs entre efficience et coopération concernent non seulement les valeurs, mais aussi les mécanismes cognitifs et délibératifs.

 

JEUDI 1er OCTOBRE 2020

M. Jean-Claude MARTIN I
ngénieur physicien retraité, ancien professeur à la Haute École Spécialisée de Suisse Occidentale à Fribourg

Les fondamentaux en informatique

L’objectif est de mieux comprendre tous les objets informatiques qui nous entourent (ordinateurs, tablettes ou téléphones) en détaillant leurs composants toujours présents: le transistor en semi-conducteur, le circuit intégré et la loi de Moore,
–  le processeur avec logiciel et matériel, les mémoires et le codage des données,
–  les réseaux locaux et mondiaux, internet et le web, la communication avec et sans fil. 

Histoire et fonctionnement de ces fondamentaux expliqués avec de nombreux exemples.

Reprise de la conférence du 5 mars 2020 annulée pour cause d’épidémie

 

JEUDI 8 OCTOBRE 2020

M. Colin PAHLISCH
Doctorant en littérature à l’Université de Lausanne et au Collège des Humanités (EPFL)

La philosophie contre la catastrophe? Comment faire sens des effondrements

Pas un jour ne passe sans que l’on entende parler d’effondrements futurs ou de catastrophes, sociales, économiques, climatiques...
Face à d’aussi sombres prédictions, que peut la philosophie? Quelle réponse cette discipline apporte-t-elle au phénomène millénaire du désastre?  De nombreux penseurs et penseuses se sont penché-e-s sur cette question. Si l’existence des cataclysmes renvoie l’être humain à sa finitude, elle l’incite constamment à forger du sens dans sa relation au monde. Au-delà du pessimisme, le message adressé par la catastrophe à la philosophie est ainsi celui de la nécessité de la lutte et de l’engagement.

 

JEUDI 15 OCTOBRE 2020

Assemblée générale de l’UNAB.
Les membres seront informés personnellement.

 

JEUDIS 22 OCTOBRE 2020 | 29 OCTOBRE 2020

M. René SPALINGER
Musicien, chef d’orchestre et conférencier

Le Messie de G.-F. Haendel, une perspective pour l’humanité

Au 18e siècle, l’opéra et l’oratorio sont frères jumeaux, seul le contenu de leur texte respectif les différencie. Georges Frédéric Haendel est habitué à présenter sur scène des héros, sortis de l’Antiquité pour ses opéras, et de l’Ancien Testament pour ses oratorios; le théâtre y est omniprésent. L’Oratorio Le Messie (The Messiah) fait une totale exception à cet ordre des choses, et recourt à la force de la prédication. C’est un gigantesque et sublime acte de foi, débouchant sur la plus extraordinaire relation humaine, celle de la Résurrection.

Reprise des conférences des 12 et 19 mars 2020 annulées pour cause d’épidémie

 

JEUDI 5 NOVEMBRE 2020

M. Mathieu CLAVEL
Ingénieur EPFL en Humanités Digitales  
Musicien, acteur culturel et guide conférencier spécialiste des musiques traditionnelles

La musique d’Afghanistan contée aux notes du rubab

L’Afghanistan est une contrée de mystère, sertie à la croisée des cultures indiennes, persanes et turciques, berceau des plus grands poètes mystiques d’Orient. Dans ce pays montagneux naît à la fin du 19e siècle une musique de cour subtile autour de la poésie classique persane, le ghazal de Kaboul, créée par des maîtres qui interprètent également des chansons populaires de tout le pays. Associée aux débuts de la diffusion radiophonique en Afghanistan dans les années 1920, cette nouvelle «musique nationale» issue de la capitale gagne bientôt l’ensemble des provinces; et ce répertoire commun devient vecteur d’unité au sein d’un pays largement multi-ethnique, partagé notamment entre Pachtounes, Tadjiks, Ouzbeks ou encore Turkmènes. Nous accompagnant de mélodies au luth rubab, le «lion des instruments» afghans, nous partirons sur les pistes de la musique d’Afghanistan, qui connaît un âge d’or au milieu du 20e siècle avant de sombrer dans les difficultés connues de l’histoire contemporaine du pays, tributaire de ses évolutions politiques. Nous envisagerons aussi des perspectives d’avenir pour cette musique traditionnelle fragilisée parmi tant d’autres, tirant parti des nouvelles technologies au service des patrimoines culturels.

 

JEUDI 12 NOVEMBRE 2020

M. Patrick CRISPINI
Chef d’orchestre, musicien, pédagogue

André Malraux, la force du destin

Archéologue voleur et faussaire au Siam et au Cambodge, révolutionnaire en Chine, chef d’escadrille dans l’aviation républicaine espagnole, résistant de la deuxième heure pendant la Seconde Guerre mondiale, chef de la brigade Alsace-Lorraine, lors de la campagne d’Alsace, ministre de l’Information dans le cabinet du général de Gaulle, puis ministre d’État chargé des Affaires culturelles, de 1959 à 1969, après le retour au pouvoir du général, André Malraux [1901-1976] aura fait siens tous les grands événements historiques de son siècle. L’écrivain, d’ailleurs inséparable de l’homme d’action, en fera la matière principale de ses romans: Les Conquérants, La Voie royale, La Condition humaine (Prix Goncourt 1933), Le Temps du mépris, L’Espoir, Les Noyers de l’Altenburg.
Après la guerre, Malraux se détachera de la création romanesque pour se vouer à une longue méditation sur l’art, à travers un Musée imaginaire, où l’Irréel, l’Intemporel et le Surnaturel tiennent une place de choix. De La Tête d’Obsidienne à Lazare, l’itinéraire polymorphe de ce héros chevaleresque égaré dans un siècle bureaucratique, constamment poursuivi par la présence de la mort, habité par la conscience d’une métamorphose par l’art, révèle un opéra marqué par la force du destin…

 

JEUDI 19 NOVEMBRE 2020

Mme Sibylle WALTHER
Dr ès lettres, historienne de l’art
Vice-Présidente de l’association Ernst Kreidolf et collaboratrice scientifique pour l’exposition: croître – fleurir – faner, Ernst Kreidolf et les plantes

Les années bernoises du peintre Ernst Kreidolf [1863-1956], un succès presque parfait.

Bien que né à Berne, Ernst Kreidolf est thurgovien d’origine. C’est dans la ferme de son grand-père à Tägerwilen (TG) qu’il passera une enfance souvent solitaire, caractérisée par un lien privilégié avec la faune et la flore qui l’entourent.  
Doué en dessin, il entame à quinze ans une formation de lithographe, concession que le jeune homme, qui voulait devenir peintre, fait à ses parents.
À 20 ans, il part à Munich où il entame une formation de peintre à la fameuse Akademie der Bildenden Künste. Parallèlement à son activité de peintre sur toile, il amorcera une carrière de créateur de livre d’images. Avec ses teintes claires, appliquées par champs de couleurs complémentaires, des exigences élevées en matière de production ainsi que des contenus sans volonté pédagogique, il va révolutionner le livre d’enfant de langue allemande. 
En 1917, il est de retour à Berne, muni d’une commande passée par le fondateur de la Société suisse de gravure, Paul Ganz: «un livre sur les fleurs alpines, un sujet typiquement suisse». Ces images scelleront le destin artistique d’Ernst Kreidolf et le conduiront jusqu’au doctorat honoris causa de l’Université de Berne. Dans les années 1920 et 1930, d’autres livres d’images, tous applaudis, verront le jour. Mais pour le public, il restera le peintre des fleurs alpines.
Pourquoi cet engouement – Kreidolf avait d’autres cordes à son arc –, correspondait-il à la volonté du peintre? C’est à ces questions que la conférence tentera de répondre, tout en présentant l’œuvre du peintre.

 

JEUDI 26 NOVEMBRE 2020

M. Ernst ZÜRCHER
Professeur émérite de la Haute école spécialisée bernoise, chargé de cours aux Écoles Polytechniques Fédérales de Zurich et de Lausanne et à l’Université de Lausanne

Les arbres et les forêts – nos meilleurs alliés face au dérèglement climatique

Arbres et forêts sont aujourd’hui menacés, alors qu’ils pourraient devenir nos meilleurs alliés et des modèles. Un nouveau regard sur la nature, selon une démarche scientifique, permet de lever le voile des apparences et de révéler des particularités insoupçonnées des arbres. Des savoirs traditionnels apparaissent alors parfois biologiquement visionnaires, tandis que, par ailleurs, la science découvre des phénomènes dont même la tradition n’avait pas idée. Sous de multiples aspects, les arbres et leurs bois peuvent nous enrichir et nous inspirer, pour autant que nous les intégrions dans nos actions. Très concrètement, ils constituent, en tant que ressources vivantes, un moyen non seulement d’atténuation, mais aussi de résolution de la catastrophe climatique en cours. Et, bien plus que nous ne l’imaginons, ils peuvent aider à régénérer les hommes et à faire reverdir la Terre.

 

JEUDI 3 DÉCEMBRE 2020

M. Patrick CRISPINI
Chef d’orchestre, musicien, pédagogue

Beethoven éternel!

«Ce sourd entendait l’infini […] Cette étrange musique est une dilatation de l’âme dans l’inexprimable. L’oiseau bleu y chante; l’oiseau noir aussi. […] Elle est tout. Ces symphonies éblouissantes, tendres, délicates et profondes, ces merveilles d’harmonie, ces irradiations sonores de la note et du chant, sortent d’une tête dont l’oreille est morte. Il semble qu’on voie un dieu aveugle créer des soleils». Voilà ce qu’écrivait Victor Hugo, qui prétendait ne rien entendre à la musique, à propos du génie de Ludwig van Beethoven (1770-1827).
A-t-on bien mesuré, au-delà de l’élan épique qui annonce l’époque romantique, l’extraordinaire architecture intérieure, peut-être issue de sa surdité précoce, qui sous-tend l’écriture prométhéenne de ce démiurge et la projette à une hauteur de pensée rarement atteinte? Visionnaire, révolutionnaire, rebelle et irréductible aux conformismes et compromis esthétiques de son époque, l’œuvre du compositeur continue plus que jamais à inoculer son énergie irrésistible dans le cœur de chaque être humain, ne serait-ce qu’à travers l’Ode à la joie de sa 9e Symphonie, dont l’Union européenne a fait son hymne fédérateur. Profitant de cette année où l’on fête le 250e anniversaire de sa naissance, Patrick  Crispini revisite la musique de ce «frère humain» dont parle Romain Rolland, désormais éternelle dans l’histoire de l’humanité.

 

JEUDI 10 DÉCEMBRE 2020

M. Patrick LABARTHE
Professeur émérite de littérature française de l’Université de Zurich

L’ange dans la poétique de Bonnefoy

L’œuvre du poète Yves Bonnefoy [1923-2016] est fondée sur un consentement radical à la finitude, sur l’intuition mallarméenne que «nous ne sommes que de vaines formes de la matière». Comment restaurer l’expérience d’un sens par-delà le constat du néant, telle est l’une des interrogations majeures de l’œuvre. Or l’ange est, avec l’enfant, l’une des figures de cette restauration. Il traverse l’œuvre tant sous ses formes historiques (les anges de la peinture du Quattrocento notamment) que sous ses vêtures les plus hétérodoxes. Cette figure de messager et de «passeur» est profondément humanisée et laïcisée par ce poète. C’est à ces multiples visages de l’ange que nous nous attacherons.

 

JEUDI 17 DÉCEMBRE 2020

M. Alain SCHÄRLIG
Mathématicien et professeur honoraire à la Faculté des HEC de l’Université de Lausanne

M. Jérôme GAVIN
Enseignant en mathématiques au Collège Voltaire et directeur de l’ARA (Association des Répertoires AJETA)

Et l’algèbre fut

Quand on vous parle d’algèbre, vous pensez certainement à un cortège de lettres et de chiffres, entrelardés de signes mathématiques, avec un x ou un y quelque part. Et quand les conférenciers vous diront que l’algèbre est née au début du 9e siècle, c’est certainement cette image qui vous viendra à l’esprit. 
Ce serait dommage, car ce serait une erreur!
L’algèbre n’était en réalité, à sa naissance, qu’une suite de phrases, difficiles à comprendre, sans aucun des signes que l’on connaît maintenant – le signe = ne date par exemple que du 16e  siècle –, sans les lettres et les x qui en font pour nous tout le charme (!), et même sans aucun chiffre car les nombres y figuraient en toutes lettres. Ce sont ces débuts que vous exposeront les conférenciers, qui feront comme si aucun d’entre vous n’avait jamais entendu parler d’algèbre (comme les élèves de l’époque). Et vous verrez qu’à Bagdad, au 9e siècle, on entrait dans l’algèbre comme dans un moulin. Après l’entrée, ça changeait; mais de cela, ils ne vous parleront pas.

 

Semestre de printemps Février-Mai 2021

JEUDI 11 FÉVRIER 2021

M. Pierre CLEITMAN
Comédien, musicien et conférencier, Paris/Bâle

L’esprit du Labyrinthe dans le Cappuccino Européen

Le cappuccino est un mélange improbable. Hautement improbable. Né d’une rencontre miraculeuse et fragile entre café noir et mousse de lait. Tout en équilibre instable. En effervescence subtilement maîtrisée. Une œuvre d’art à part entière. Une des grandes réussites du génie créateur italien. Mais c’est aussi, depuis son invention à Vienne en septembre 1683 par le moine capucin Marco D’Aviano, venu spécialement de Rome pour aider les Viennois à défendre leur ville assiégée par l’armée ottomane, le témoin privilégié d’une aventure historique encore plus improbable: la construction européenne! Et comme les chemins qui sont censés y mener ont été jusqu’ici particulièrement tortueux, et que tout en ayant l’air de respecter les susceptibilités de chacun il a bien fallu ne jamais relâcher la pression, il n’est pas étonnant dans ces conditions que les Pères Fondateurs de l’Europe aient été avant tout des Pères...colateurs! A travers l’histoire du cappuccino, racontée de sa naissance à nos jours, Pierre Cleitman nous propose toute une aventure européenne haute en goûts, en arômes et en couleurs.

 

JEUDI 18 FÉVRIER 2021

Mme Joy RIVAULT
Docteure en Histoire, Civilisations, Archéologie des Mondes Antiques
Chercheuse associée à l’Institut Ausonius, Université Bordeaux-Montaigne et à l’Institut Français d’Études Anatoliennes, Istanbul

L’archéologie en Grèce et en Turquie: sur les traces des vestiges antiques

Qu’est-ce que l’archéologie? Loin des stéréotypes diffusés par le cinéma hollywoodien, l’archéologie est une discipline scientifique en perpétuelle évolution. Plus enquêteur qu’aventurier, l’archéologue doit reconstituer les évènements du passé à partir des traces que les civilisations ont laissées et que le temps a conservées, aujourd’hui grâce à des outils technologiques de plus en plus performants. Plus les vestiges sont anciens, plus ils sont fragmentaires et difficiles à interpréter. Cette conférence propose ainsi de présenter les réalités auxquelles un archéologue est confronté sur le terrain. De la Grèce à la Turquie, il s’agit d’un voyage au cœur de l’Antiquité, sur les traces des populations de la Grèce ancienne, illustré par les plus belles découvertes archéologiques du siècle.

 

JEUDI 25 FÉVRIER 2021

Mme Charlotte BELLOT
Biologiste marine

Sur la route des Caraïbes Le grand périple des baleines à bosse

La baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) est une espèce emblématique célèbre pour ses sauts en surface et ses chants mélodieux en période de reproduction. Ce mammifère marin est étudié par les scientifiques du monde entier qui tentent de comprendre les mystères qui l’entourent. Cette espèce est notamment connue pour entreprendre parmi les plus longues migrations du règne animal. Dans une suite logique des étapes clés dans la vie des baleines, nous naviguerons ensemble vers les eaux chaudes des Caraïbes: alimentation, migration, reproduction, communication sont autant de sujets qui seront abordés durant cette conférence afin de découvrir un animal hors normes. Reprise de la conférence du 30 avril 2020 annulée pour cause d’épidémie

 

JEUDI 4 MARS 2021

M. Bjørn PAARMAN
Docteur en histoire
Lecteur à l’Université de Fribourg et collaborateur au ­Musée historique de Berne

De la Pnyx à la Landsgemeinde: une comparaison entre la démocratie athénienne et les systèmes démocratiques en Suisse

La Grèce antique n’était pas un pays mais un ensemble de cités-états (environ 1000), séparées géographiquement et souvent divisées sur le plan politique, mais dont les citoyens étaient unis par le sang, la langue, la religion et le culte (Hérodote 8.144). La plus connue de ces cités est sans conteste Athènes qui, après des années de tyrannie, introduisit en 508 av. J.-C. une constitution démocratique proposée par Clisthène.
Cette démocratie connut des changements avec le temps: imposée aux alliés de la Ligue délo-athénienne (479 à 404 av. J.-C.), abolie en 338, restaurée en 307 pour survivre au-delà de la chute de l’empire romain en 476 ap. J.-C., soit près d’un millénaire après sa naissance.

 

JEUDIS 11 MARS 2021 | 18 MARS 2021

M. René SPALINGER
Musicien, chef d’orchestre et conférencier

Le Requiem de Brahms – une consolation pour notre temps

L’œuvre de Johannes Brahms,  Ein deutsches Requiem (1868), est comme une suite au Messie de Haendel. Ce dernier a tracé la marche de l’Histoire en présentant l’aventure humaine du Divin dans sa totalité, y compris sa Résurrection. Chez Brahms, la situation  souffrante  de l’Humanité domine; la vie humaine est au centre de ses préoccupations. On est à l’opposé d’une Passion, pas de vision d’une mort infamante, mais l’acceptation de la situation de ce monde: la dualité vie-mort. L’Homme a cette force d’acceptation par l’attente d’un  monde meilleur, l’espérance d’un changement et, par-dessus tout, d’un lieu où se trouvent paix, calme et délices. Chez Brahms, la consolation vient du choix qu’il opère volontairement dans les textes bibliques.

 

JEUDI 25 MARS 2021

M. Pierre CLEITMAN
Comédien, musicien et conférencier Paris/Bâle

La dernière ordonnance du Dr Nietzsche

C’est paradoxalement – mais est-ce vraiment un paradoxe – dans les derniers mois de sa vie lucide, juste avant de sombrer dans la folie, que Nietzsche va définir avec le plus grand luxe de détails les conditions nécessaires à la conquête et au maintien de la santé, de la grande santé. Des conditions très concrètes: que faut-il boire et ne pas boire? Manger ou ne pas manger? Avec qui est-il permis de parler et quand faut-il absolument se taire? Dans quelle ville peut-on le mieux penser? Dans quelle langue et sous quel climat? Et surtout, art suprême, comment tirer parti de sa ou de ses maladies pour vivre encore plus intensément? Au rebours des conseils de modération, loin de la médiocrité du juste milieu, c’est tout un art paradoxal de la nuance et de la subtilité au cœur même de l’excès qui nous est proposé. D’une actualité, ou plutôt d’une inactualité toujours brûlante! Car contre les ravages de la métaphore outrancière, de l’euphémisme hébété, de l’hyperbole dégriffée, de la langue de bois déstockée, la lecture de Nietzsche demeure aujourd’hui comme hier un traitement de choc et qui continue de faire ses preuves.

Reprise de la conférence du 26 mars 2020 annulée pour cause d’épidémie

 

JEUDI 8 AVRIL 2021

M. Patrick CRISPINI
Chef d’orchestre, musicien, pédagogue

FELLINI – AMARCORD ou Je me souviens

Amarcord (qui signifie «je me souviens» dans le dialecte romagnole) est, de l’avis général, un des plus beaux films de Federico Fellini [1920-1993]. «Je ne peux travailler qu’au moyen du souvenir, à travers l’essentialité dans laquelle la mémoire des choses fonctionne. Je peux le faire seulement à travers le filtre du souvenir qui décante, décompose, va au cœur des choses» écrit le réalisateur italien. Quatre tableaux évoquant le passage successif des saisons dénouent le fil de la mémoire à travers une chronique d’une année sous le fascisme à Rimini, ville natale de Fellini sur la côte adriatique. «Je me souviens des saisons, des paysages, de la ville, de ses habitants, de ma famille, des fascistes, de mes peurs, de mes angoisses, de mes fantasmes, de mes plaisirs, des femmes». Selon son habitude, reconstituant en studio l’univers kaléidoscopique de son enfance avec le génie collectif de ses fidèles collaborateurs artisans de Cinecittà, le maestro revisite ses premiers émois au cinéma Fulgor et fait ressurgir une galerie de personnages hauts en couleur, nés de la fantaisie de ses dessins oniriques. Femme fatale, grandpère obsédé sexuel, buraliste aux seins océaniques, accordéoniste aveugle, maîtres d’école archétypaux, fascistes de carnaval,
prostituée hallucinée, prince des mille-et-unenuits… Rayonnante au milieu de cette comédie humaine la Gradisca (Magali Noël) promène sa grâce opulente et fragile, avant d’être enlevée par un mari carabinier… Souvenirs tendres, nostalgie diffuse, évocations lunaires et poétiques ponctuées par le passage éthéré des manine… le tout scénarisé avec le complice Tonino Guerra et parfumé par la musique de Nino Rota. Un coup de maître de génie… dont Patrick Crispini, qui a bien connu le réalisateur, nous révèle les trésors.

Le film sera projeté dans son intégralité le vendredi 9 avril 2021 à 14h15 dans les mêmes locaux.

 

JEUDI 15 AVRIL 2021

M. Robert KOPP
Écrivain, éditeur, professeur émérite de littérature française de l’Université de Bâle

Ramuz/Stravinski: l’Histoire du soldat, du folklore russe à l’avant-garde européenne

Pour échapper aux Bolcheviks, Igor Stravinski, en 1917, s’est réfugié en Suisse, où il fait la connaissance d’Ernest Ansermet. Il fait lire à ce dernier un vieux conte populaire recueilli par Alexandre Afanassiev, le Grimm russe, une variation du thème de Faust. C’est à Lens, en Valais, que Stravinski compose une première suite, qui sera mise en scène par Georges Pitoëff, à Lausanne, le 28 septembre 1918. Mais la tournée qui devait suivre est annulée à cause de la grippe espagnole. Une deuxième suite voit le jour en 1920... C’est l’histoire assez rocambolesque de cette œuvre qu’il s’agit de retracer à l’aide d’exemples musicaux et de textes.

 

JEUDI 22 AVRIL 2021

M. Alexis BEAUREPAIRE
Post-doctorant
Department Clinical Research and Veterinary Public Health, Université de Berne

Le «buzz des bees»: mieux comprendre les facteurs impliqués dans la conservation de l’abeille mellifère

L’abeille mellifère (Apis mellifera) est devenue, lors des dernières décennies, la nouvelle mascotte du combat pour la préservation de la nature. Beaucoup d’informations circulent à son sujet et il est parfois difficile de bien comprendre comment les différents éléments impliqués dans la gestion de cette espèce interagissent. Le but de cette conférence est de dresser le bilan de ces éléments afin de mieux comprendre comment préserver l’abeille mellifère tout en respectant les équilibres régissant nos écosystèmes et nos sociétés. Dans un premier temps, la biologie de cette espèce fascinante sera présentée. En se basant sur ces connaissances, les impacts de différents facteurs, tels que l’émergence de nouvelles maladies ou l’utilisation de pesticides, seront exposés. Finalement, les nombreux rôles que joue l’abeille mellifère sur son environnement seront discutés. Ces différents éléments permettront de mieux comprendre les enjeux impliqués dans la conservation d’Apis mellifera et des autres espèces pollinisatrices. Plus généralement, cette conférence amènera à une réflexion sur la diversité et la complexité des enjeux environnementaux de notre époque.

 

JEUDI 29 AVRIL 2021

M. Pierre GRESSER
Professeur honoraire en histoire médiévale à l’Université de Franche-Comté

Les Occidentaux au Proche-Orient: regard sur les croisades des 12e et 13e siècles

Entre 1095 et 1291, huit croisades mirent en contact les croisés d’Occident avec les populations du Proche-Orient. S’il ne saurait être question de les résumer les unes après les autres, un regard d’ensemble sur ce temps fort des relations entre chrétiens et musulmans permet d’en expliquer les causes, le déroulement et les conséquences.
Si ces dernières se traduisirent par la création des principautés d’Antioche, d’Édesse, de Tripoli et du royaume de Jérusalem, elles revêtirent aussi des aspects importants dans le domaine économique, humain et religieux qui méritent une analyse révélant des faits parfois peu connus.
La description, entre autres, du Krak des chevaliers (forteresse chrétienne) et de la citadelle d’Alep (musulmane) sont actuellement des témoignages architecturaux éclatants de deux siècles de rapports plus complexes que l’historiographie traditionnelle le prétend.

 

JEUDI 6 MAI 2021

M. Alexis DRAHOS
Docteur en histoire de l’art à l’Université Paris-IV Sorbonne

L’art et les sciences naturelles

Art et science, deux domaines a priori incompatibles et qui pourtant connaissent de fortes correspondances le plus souvent cachées. C’est notamment le cas à partir de la Renaissance où les artistes plus que jamais s’informent des découvertes scientifiques dans le domaine des sciences naturelles. En parallèle à cela on assiste –  et notamment à l’orée du 18e siècle – à un essor sans précédent de la vulgarisation scientifique et dont l’influence ne tardera pas longtemps à se faire sentir dans les arts. Conférences, presse, ouvrages, tout est désormais prétexte à dévoiler les nouveaux secrets de la science. Même les hommes d’État s’y intéressent à l’image par exemple de Thomas Jefferson, féru de paléontologie. De quelle manière les peintres interprètent-ils dans leurs tableaux l’évolution de la science? Quels en sont les réels échos? Comment décrire une œuvre à la lumière des connaissances scientifiques et notamment un volcan, un glacier? De Léonard de Vinci à Cézanne en passant par Joseph Mallord Turner et Gustave Courbet ou encore à travers d’autres artistes moins connus comme Jean-Pierre Houël ou John Martin, cette conférence aura pour objectif de jeter un nouveau regard sur les tableaux au prisme du développement de la volcanologie, de la glaciologie ou encore de la géologie et de leur influence à travers les siècles.

Reprise de la conférence du 2 avril 2020 annulée pour cause d’épidémie

 

JEUDI 20 MAI 2021

Mme Yvana ENZLER,
Ancienne ambassadrice de Suisse

Balkans – Mode d’emploi

Dans les Balkans, les vérités s’entrechoquent, les mythes sont omniprésents et les facteurs identitaires puissants. Situés sur la ligne de fracture entre l’Orient et l’Occident, entre Rome et Byzance, entre le Christianisme et l’Islam, les Balkans sont une terre explosive comme l’ont montré les événements des années 1990. L’exposé ne portera pas sur les questions d’actualité, mais, comme son titre l’indique, il fournira quelques pistes pour expliquer pourquoi cette région, habitée par des peuples généreux et hospitaliers, ne parvient pas à trouver la sérénité. À travers le contexte (topographique et historique), les influences extérieures, les mythes érigés en réalités contre les mythes-réalités des autres, on cherchera à comprendre pourquoi le nous et les autres ont tant de difficultés à se rencontrer, à se comprendre et à s’accepter. La perspective d’un avenir commun au sein de l’UE peut-elle aider à surmonter ces problèmes? La réponse sera sans doute laissée à l’appréciation de chacun.

Reprise de la conférence du 14 mai 2020 annulée pour cause d’épidémie

Pour plus de détails relatifs à l'organisation des conférences
(périodes de conférences, horaires et lieux),
veuillez bien cliquer sur le bouton  « Activités »  du menu principal de ce site.
Merci. 

A T T E N T I O N
aux changements de programme et interversions de conférences
publiés le cas échéant en page d'accueil du site de l'UNAB !
Nous vous remercions de votre compréhension.

Le  programme officiel 2020 - 2021 est disponible  ici  en version PDF.